Fresque du fond

Si vous vous asseyez face à l’autel vous apercevrez la Vierge en Orante ; elle nous invitait à entrer. Maintenant elle nous accueille, comme elle accueillit en 1846 les jeunes bergers Maximin et Mélanie pour transmettre son message sur la montagne de la Salette. Les arvains fréquentaient ce pèlerinage de La Salette. Le chemin était étroit à l’époque, et l’on y allait à pied par les montagnes.

Vierge Orante de la chapelle du Collet (cliquez pour agrandir)
Vierge en Orante(cliquez sur l’image pour agrandir)

Le paysage des fresques évoque la fierté des montagnards. Les trois Aiguilles, à gauche sur le tableau, et le pic de l’Étendard à droite. La femme en costume est une habitante, maintenant décédée, de l’un des villages. Elle est, en quelque sorte, l’initiatrice de la restauration de la chapelle, qu’elle avait toujours connue et souhaitait voir reconstruite. L’homme que l’on distingue de l’autre côté est « l’ermite », encore surnommé « le père éternel ». Habitant St Sorlin, il s’était retiré à l’écart, aux Prés Plans, dans la montagne. Ses skis, seul moyen pour aller se ravitailler en hiver, ne le quittaient jamais.

 

Mars 2017